Nos ressources sont pleinement mobilisées pour déployer prochainement votre nouvel espace adhérent.

Accidents du travail

Démêlez le vrai du faux sur la prévention des accidents du travail à travers 6 questions. Trouverez-vous toutes les bonnes réponses ? Attention, il se peut que l’on ait glissé quelques pièges…

1. Les accidents du travail les plus fréquents sont liés à des problèmes techniques

FAUX : Les causes les plus fréquentes d’accidents de travail sont la manutention manuelle (50%), les chutes de plain-pied (13%) et les chutes de hauteur (12%). L’outillage à main n’est responsable que dans 9% des cas.

Les accidents de trajet sont aussi une cause non négligeable d’accident. Une culture de prévention et la mobilisation de tous les salariés permettent de changer les comportements à risque.

2. On ne peut pas prévenir les accidents du travail

FAUX : En 2021, on a dénombré 604 565 accidents du travail soit une baisse de 7,8 % par rapport à 2019 (655 715). L’indice de fréquence (31 accidents pour 1 000 salariés) se situe à un niveau exceptionnellement bas. Pour mémoire, l’indice avait atteint un plancher stable de 33 à 34 entre 2011 et 2019.

Toutefois, les accidents de trajet (89 278) sont en augmentation de 12,4 % par rapport à 2020.

Le nombre des accidents de travail mortels (645 en 2021) est également en recul par rapport à 2019. Les malaises représentent 56 % des décès. 12 % résultent d’accidents de la route.

Il faut signaler que des nombreuses entreprises ont mis en place des campagnes « zéro accident de travail » avec succès.

3. Horizon Santé Travail peut vous aider

VRAI : Une équipe est à votre écoute pour vous apporter les mesures efficaces et essentielles dans la prévention des accidents au travail. Ceci fait partie des services inclus dans votre cotisation. Pour contacter l’équipe : groupe_pat@horizonsantetravail.fr.

4. Faire une recherche des causes ne sert à rien

FAUX : Un accident survient en général du fait d’un mode défaillance dans le dispositif de prévention. La première étape est donc d’en établir les causes pour éviter qu’il ne se reproduise.

Il ne faut jamais oublier qu’un presqu’accident ou un accident du travail n’est rarement dû au hasard, il est le résultat d’une situation ou d’une action dangereuse.

Il est démontré de façon systématique qu’une analyse des causes permet de réduire efficacement la fréquence des accidents.

5. La prévention coûte cher en argent et en temps

FAUX : Des mesures de prévention parfois simples et peu coûteuses sont efficaces pour diminuer de façon significative la sinistralité dans votre entreprise.

Quelques étapes indispensables au travers des techniques simples et efficaces : l’évaluation des risques est un levier incontournable dans la prévention des risques professionnels, elle permet de garantir avec pérennité la santé et la sécurité des salariés et de leurs conditions de travail, la désignation d’un salarié compétent, l’accueil et l’accompagnement d’un nouvel embauché et l’observation terrain permet de signaler les situations à risque accidentogène.

A titre d’exemple : un AT avec arrêt sans incapacité permanente, qui occasionnerait 2500€ de frais (indemnités journalières, frais médicaux (coût direct) peut coûter plus de 10000 euros à l’entreprise.

6. Un accident lors d’une réunion de motivation par le sport n’est pas un accident du travail

VRAI : Lorsqu’un salarié prouve que les faits sont survenus au cours de son activité professionnelle, sur son lieu de travail, ceux-ci sont présumés et être déclarés comme accident du travail.

La charge de la preuve inverse revient à l’employeur de démontrer, le cas échéant, que l’accident n’est pas à l’origine lié au travail ou que la victime n’était pas sous l’autorité de l’employeur.

Besoin d’aide ? Contactez-nous !

Par le biais du médecin du travail, nos adhérents peuvent bénéficier de l’accompagnement de spécialistes pour prévenir des accidents du travail.