L'espace adhérent ne sera plus disponible à partir du vendredi 5 avril à midi, jusqu'à la semaine du 22 au 26 avril

Organisation hybride : bonnes pratiques et vigilances

Mise en place en pleine crise sanitaire, l’organisation hybride est devenue une réalité pour de nombreux salariés.

Organisation hybride, de quoi parle-t-on ?

L’organisation hybride est une organisation qui allie travail au bureau et travail à distance (de chez soi ou d’un lieu tiers dans des espaces de coworking par exemple). Elle est possible lorsque l’activité n’exige pas la présence sur site du salarié ou lorsqu’elle peut être en partie menée à distance.

C’est une organisation plus flexible et digitalisée qui nécessite un développement des outils numériques. Elle engendre également une évolution des pratiques managériales (management à distance).

Bon nombre des salariés interrogés dans différentes enquêtes (Harris, ADECCO…) déclarent être plus productifs et souhaitent continuer à travailler en mode hybride (50% en présentiel /50% en distanciel, voir en réduisant la semaine de travail à quatre jours)

Toutefois cette organisation présente également des inconvénients (risque d’isolement, difficulté de cohésion ou d’esprit d’équipe, effacement de la frontière entre vie personnelle et vie professionnelle…) et se doit donc d’être accompagnée et organisée.

Quelques conseils pour la mise en œuvre et la pérennité d’une organisation hybride

Les bonnes pratiques pour la mise en place d’une organisation hybride pérenne nécessitent un accompagnement à ce changement des modalités de travail.

Organiser les tâches en identifiant celles qui sont télétravaillables ou non

  • Expérimenter, tester et permettre des retours en arrière (période test, essai sur une unité, etc.) ; formaliser (accord, charte) pour avoir une vision à long terme et pérenne de ce mode d’organisation.
  • Coordonner et planifier les jours au bureau et à distance selon les activités « téléfragiles » (qui se prêtent difficilement au télétravail) ou « télérobustes » (qui s’adaptent bien au télétravail) avec des rythmes réguliers,
  • Éviter les sur-sollicitations pour les collaborateurs travaillant en présentiel et en distanciel.

Faire des points informels non liés au travail

  • En mode distanciel, continuez à avoir des échanges informels pour garder l’esprit d’équipe (coffee-team par exemple) comme le coffee-time au bureau.
  • Planifier des points hebdomadaires d’équipe, points individuels, moments de partage entre pairs, plénières, etc. selon le mode le plus adapté : au bureau, en télétravail ou hybride,

Être attentif aux comportements changeants.

Certains télétravailleurs peuvent se sentir mis à l’écart : Soyez attentifs aux signes avant-coureurs (délais non respectés, manque de communication, baisse d’intérêt pour les missions…)

Fournir les moyens techniques et matériels pour que les salariés soient bien équipés (ergonomie du poste de travail)

  • Équiper les collaborateurs d’ordinateurs sécurisés et compatibles avec la visioconférence,
  • Accompagner par la formation la montée en compétences sur les outils collaboratifs,
  • Limiter le nombre d’outils et de canaux de communication pour éviter la dispersion de l’information,

Cultiver la confiance et la culture du résultat

Porter le cadre et la vision de l’entreprise et donner du sens aux équipes hybrides.

Conclusion

En conclusion et pour rappel, Il est important d’accompagner les collaborateurs à ce changement d’organisation de travail; d’en tester les différentes modalités avant de formaliser un accord ou une charte pour avoir une vision à long terme.

A lire aussi