La visite de pré-reprise, pour quoi faire ?

A l’occasion de la réforme de la santé au travail, Horizon Santé Travail a élaboré un cycle d’informations sur les changements et les nouveautés à connaître.

La visite de pré-reprise évolue légèrement : un salarié en arrêt d’une durée d’au moins 30 jours peut dorénavant en bénéficier, contre 3 mois avant.

C’est surtout l’occasion de revenir sur ce type de visite encore trop méconnu, mais important dans une logique de prévention de la désinsertion professionnelle.

Visite de pré-reprise, à quoi ça sert ?

Anticiper

pendant l’arrêt de travail les conditions qui faciliteront un retour au poste le moment venu ou un éventuel reclassement compte tenu de l’état de santé du travailleur.

Favoriser

le maintien dans
l’emploi des travailleurs
et éviter la désinsertion
professionnelle.

Préconiser

le plus tôt possible
d’éventuels aménagements
de poste de travail,
un reclassement ou des
formations professionnelles.

Qui est concerné par la visite de pré-reprise ?

Tout travailleur peut bénéficier de la visite de pré-reprise dans le cas d’un arrêt de travail d’au moins 30 jours.

Un examen médical avant la reprise du travail

La visite de pré-reprise est réalisée pendant la période de l’arrêt de travail, notamment pour étudier la mise en œuvre d’éventuelles mesures d’adaptation individuelles du poste de travail.

Au cours de cet examen médical, le médecin du travail peut recommander :

  • des aménagements et adaptations du poste de travail ;
  • des préconisations de reclassement ;
  • des formations professionnelles à organiser en vue de faciliter le reclassement du travailleur ou sa réorientation professionnelle.

À cet effet, il peut s’appuyer sur le service social du travail du Service de Prévention et de Santé au Travail ou sur celui de l’entreprise.

À l’issue de cette visite, et sauf opposition du travailleur, médecin du travail informe l’employeur et le médecinconseil de ses éventuelles recommandations, afin que toutes les mesures soient mises en œuvre en vue de favoriser le maintien dans l’emploi.

Nouveauté 2022 – Loi santé au travail

La loi a ramené de 3 mois à 30 jours la durée de l’arrêt de travail au-delà de laquelle le travailleur peut bénéficier d’un examen de pré-reprise. Ces dispositions sont applicables aux arrêts de travail commençant à compter du 1er avril 2022.

Qui sollicite la visite de pré-reprise ?

La visite de pré-reprise peut être à l’initiative :

  • du travailleur (l’employeur informe le salarié des modalités de cette visite),
  • du médecin traitant,
  • du médecin-conseil des organismes de sécurité sociale,
  • du médecin du travail