La santé auditive, tous à l’écoute

Nous sommes tous confrontés aux bruits dans notre quotidien : dans les transports, à cause d’un voisin trop bruyant, d’une personne écoutant trop fort sa musique, lors de concerts ou de manifestations publiques , sur notre lieu de travail, lors de chantiers, ou tout simplement à la maison.

Malheureusement, toutes ces nuisances sonores ne sont pas sans conséquences sur notre organisme. Le seuil de perception nocif pour la santé est de 85 dB. Sur les 9 millions de personnes par an, touchées par des troubles auditifs, 3 millions sont des travailleurs.

Lorsque vous êtes exposé à des nuisances sonores élevés, certaines cellules de l’oreille interne peuvent être détruites et cela peut conduire à une perte partielle ou totale de l’audition. La surdité est reconnue comme maladie professionnelle depuis 1953.

Les troubles auditifs ainsi engendrés ont un impact financier conséquent, dus notamment aux arrêts de travail, aux prestations en nature et financières, mais également sur notre quotidien.

Le bruit à un impact nocif sur la santé des salariés, entrainant des effets physiologiques comme des troubles du sommeil, des effets cardio-vasculaire (HTA, augmentation du rythme cardiaque), des effets psychiques comme des troubles du comportement (anxiété, troubles de la concentration, de l’agressivité).

L’utilisation des nouvelles technologies, le matériel informatique de plus en plus performant (smartphone, MP3, consoles de jeux…), ainsi que le travail de plus en plus fréquent dans des espaces communs (open space, co-working) exposent les salariés à des nuisances sonores et donc potentiellement à des troubles auditifs.

Les signaux qui doivent vous alarmer et vous pousser à consulter sont les acouphènes et l’hyperacousie .

C’est pour cela que votre service de santé au travail vous sensibilise sur le risque auditif en partenariat avec la JNA, lors de la semaine de la Santé Auditive du 12 au 16 Octobre 2020.

C’est l’occasion de sensibiliser les salariés et les employeurs au risque auditif, de faire du dépistage pour les personnes qui le souhaite à travers la réalisation d’audiogramme dans certains centres, et de présenter les différents moyens de protections disponibles les Equipement de Protection Collective (EPC) et les Equipement de Protection Individuel (EPI)).

Voici quelques exemples d’EPC :

Source INRS

Ici on a procédé à un coffrage de l’appareil bruyant afin de pouvoir réduire le bruit. Pour ce type de procédure n’hésitez pas à solliciter votre service de santé au travail, une équipe d’IPRP peut intervenir et vous apporter leur soutien dans cette démarche.

Il arrive que la mise en place d’équipement de protection collective ne soit pas suffisante, il faut donc avoir recours à des EPI.

Voici quelques exemples d’EPI :

Bouchons d’oreilles jetables
Bouchons d’oreilles réutilisables
Bouchons d’oreilles moulés

Casque anti-bruit